Recrutement :

6 idées de pratiques insolites et inspirantes

À l’image des entretiens d’embauche organisés sous forme d’escape game, les campagnes de recrutement insolites font de plus en plus d’adeptes au sein des entreprises. Silae vous propose donc de découvrir 6 méthodes de recrutement originales !

Depuis près d’une dizaine d’années maintenant, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à souhaiter réinventer leurs campagnes de recrutement. Une initiative qui donne parfois naissance à des entretiens d’embauche d’un nouveau genre, et qui permet notamment à l’entreprise de :

  • valoriser sa marque auprès des potentiels candidats ;
  • se démarquer face de la concurrence ;
  • attirer l’attention et susciter l’intérêt d’une cible plus large ;
  • permettre des échanges plus spontanés et authentiques en sortant les candidats de leur zone de confort ;
  • accroître la créativité des candidats.

1. Recruter lors d’une rencontre sportive

C’est une forme de recrutement peu conventionnelle, mais qui a déjà fait ses preuves ! L’idée est d’organiser une session de recrutement autour d’une activité sportive en équipe. Il peut s’agir d’un sport individuel pratiqué en groupe ou d’un sport d’équipe où plusieurs équipes s’affrontent. Les candidats sont alors observés par les recruteurs dans la réussite de leurs épreuves, bien que ces derniers puissent également faire partie de l’équipe pour partager cette expérience au plus près des participants.

Ce concept permet ainsi d’analyser l’esprit d’équipe de chacun des candidats et, pourquoi pas, leur capacité à se dépasser.

C’est notamment le pari qu’a fait l’entreprise Elcimaï (dont le nom est inspiré du site d’escalade « le Cimaï ») en organisant une session de recrutement dans une salle d’escalade. Les candidats devaient alors se mettre par équipe pour réussir les parcours.

2. Organiser une session de recrutement lors d’un événement culturel

Il peut ici s’agir d’une exposition, d’une séance de cinéma ou encore d’un festival de musique durant lequel les recruteurs et les candidats font connaissance. Le contexte est résolument plus détendu que lors d’un entretien d’embauche classique, et les approches plus spontanées.

Les recruteurs retrouvent une certaine authenticité chez les candidats, à travers des échanges plus libres et naturels.

En 2016, Axa avait ainsi mené l’une de ses campagnes de recrutement pendant le festival Rock en Seine. En 2019, le Crédit Agricole avait, quant à lui, choisi d’organiser la projection d’un film, laquelle était suivie d’un job dating.

3. L’entretien d’embauche de mise en situation

Il s’agit là d’un concept bien particulier où les recruteurs jouent la comédie afin de créer une ambiance tout à fait spéciale, où le sang-froid et les réflexes du candidat sont mis à l’épreuve. Simulation de malaise, alarme incendie, crises de larmes… Le but de ces mises en scènes ? Comme des tests, les aptitudes, les valeurs, l’empathie, le sang-froid, la gestion du stress et la capacité d’adaptation des candidats sont étudiées. Ce n’est pas uniquement le CV qui est analysé, mais bel et bien l’humain, avant tout.

L’exemple le plus parlant illustrant ce type de recrutement est la campagne menée par Heineken, baptisée « The Candidate [1] », réalisée en 2013, dont la vidéo a été visionnée plusieurs centaines de milliers de fois.

4. Recruter en utilisant le jeu de mots !

Le principe est simple : dissimuler l’accès à un formulaire d’embauche dans la solution d’un jeu de mots. Et par « jeu de mots » il est ici question de rébus, de charades, ou bien de mots-croisés, mots-fléchés ou encore mots-mêlés. Le jeu choisi peut également s’articuler autour d’un thème bien précis, correspondant à l’univers de l’entreprise qui recrute.

En plus d’être ludique et stimulant, l’employeur peut tester les connaissances et la culture du candidat !

C’est ce qu’a fait l’agence de publicité Lost Boys, en proposant des rébus aux personnes désireuses d’être embauchées. Chaque rébus faisait ainsi référence à une publicité emblématique et permettait alors de tester la « culture pub » des candidats.

5. Recruter à travers des jeux en ligne

C’est le principe même de la gamification. Les candidats sont amenés à jouer à un jeu en ligne et seule leur réussite peut leur donner la possibilité de postuler. Il peut s’agir d’un « simple jeu vidéo » mais aussi d’un jeu beaucoup plus complexe… qui nécessite des compétences mathématiques bien plus abouties.

C’est le pari que Google a fait en 2015. Pour trouver l’offre d’emploi, il fallait d’abord taper dans Google une recherche particulière : « python lambda function list comprehension ». Après quoi s’affichait enfin un « jeu » auquel seuls les meilleurs « codeurs » pouvaient participer. Le formulaire pour postuler n’était disponible qu’une fois le jeu terminé avec succès.

Un concept audacieux, qui permet là aussi de tester les compétences des candidats les plus motivés !

6. L’offre d’emploi « surprise »

Et si, pour une fois, ce n’était pas le candidat qui allait à l’offre d’emploi, mais l’offre d’emploi qui venait à lui ? Il s’agit ici de glisser des offres d’emploi dans des produits commercialisés ou offerts par la marque : magazines, produits de prêt à porter, de décoration ou encore alimentaires.

L’idée étant de s’assurer que le candidat qui postule possède déjà des affinités avec la marque.

C’est par exemple ce qu’a fait Ikea en glissant des « notices d’embauche » avec ses célèbres « notices de montage » dans les emballages de certains meubles !

***

Une autre idée ? L’article de blog avec des idées inspirantes de recrutement !

Car l’enjeu est aussi d’attirer l’attention des talents, cet article a peut-être éveillé votre curiosité. Une belle occasion pour Silae de vous partager toutes nos offres de recrutement actuellement disponibles.

Nous recherchons des profils variés – techniques, commerciaux, fonctions supports… mais surtout des talents curieux prêts à se lancer dans l’aventure d’une entreprise en pleine croissance !

Les derniers articles

Presse

Silae, centaure Français des logiciels SIRH, annonce l’acquisition de RHSuite.com

RH

Management : 4 axes de posture managériale à cultiver en 2023

RH

3 raisons de structurer son processus d’onboarding