Épargne salariale : découvrez le Perco

Le Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif, aussi appelé Perco est un plan d’épargne très avantageux pour les salariés qui peut être mis en place par l’entreprise.

Anciennement nommé PER, ce modèle continue d’évoluer et d’être très fortement plébiscité par les collaborateurs français. 

 

Qu’est-ce que le Perco ?

Définition  

Le perco est un plan d’épargne qui peut être proposé aux salariés. C’est un produit d’épargne qui va permettre au salarié de constituer une épargne qui va venir compléter les revenus au moment de la retraite. 

Le salarié peut, au choix, verser des sommes issues des potentielles primes qui lui seront versées (intéressement, participation) ou alors choisir de verser volontairement une partie de son salaire. Il lui est d’ailleurs possible de constituer cette épargne en choisissant un ou plusieurs transferts depuis d’autres plans salariaux. 

Le PERCO est, de fait, bloqué jusqu’à la retraite pour tous les salariés. Cela dit, dans de rares cas, il est possible pour un salarié de récupérer ce plan d’épargne (décès, invalidité, retraite anticipée, etc.). 

Il est important de connaître la différence entre PER et PERCO. Le PER, pour plan d’épargne retraite était un modèle qui permettait d’épargner, que cela soit individuellement ou collectivement. Le PERCO est purement collectif et a remplacé pleinement le PER. 

À noter, le PERCO a laissé sa place le 1ᵉʳ octobre 2019 au PERECO. Les fonctionnements sont sensiblement les mêmes, la principale différence réside dans la fiscalité des versements volontaires de la part du salarié. Depuis le 1ᵉʳ octobre 2020, les salariés ayant un PERCO ne peuvent plus l’utiliser et procéder à des versements sur celui-ci. Ces salariés doivent donc transférer leur épargne vers un PERECO. 

 

Qui peut en bénéficier ?  

Tous les salariés peuvent bénéficier de ce modèle. Attention cependant, certaines entreprises peuvent exiger une ancienneté de plus de trois mois. 

Si le salarié quitte l’entreprise,quelle que soit la raison, le PERCO existe toujours et il peut toujours en profiter jusqu’à sa retraite. 

Bon à savoir : dans les entreprises de moins de 250 salariés, le partenaire légal (mariage ou pacs) du chef d’entreprise peut profiter du PERCO. 

Lorsqu’un salarié veut procéder à l’adhésion au PERCO, l’entreprise doit fournir obligatoirement les informations suivantes : 

  • les modalités de mise en place du PERCO,
  • les conditions d’adhésion,
  • les sommes pouvant être versées, 
  • les supports utilisés,
  • les modalités de gestion de celui-ci,
  • les possibilités de sortie. 

 

 Versements et fiscalité

Quelles sommes versées ?  

Les sommes à verser du côté de l’employeur ou de l’employé dépendent entièrement des clauses du contrat et des modalités prévues. 

L’employé peut verser les sommes provenant de l’intéressement ou de la participation ou faire des virements volontaires. Il faut savoir que les versements volontaires sont plafonnés à hauteur de 25% de la rémunération annuelle brute du collaborateur. 

L’entreprise peut, quant à elle, utiliser des versements initiaux ou périodiques pour alimenter le PERCO. Tout cela dans la limite de 2% du plafond annuel de la Sécurité Sociale. En 2024, ce plafond annuel était de 927,36 € euros pour chaque salarié. Si elle le souhaite, l’entreprise peut aussi verser un abondement pour compléter ces versements. Pour finir, un versement complémentaire peut aussi être réalisé par la société. Celui-ci est limité à 16% du plafond annuel de la Sécurité Sociale. En 2024, il était de 7 418,88 euros. 

Blocage et sortie des sommes  

Le déblocage des fonds peut être demandé à tout moment par le salarié qui le désire. Néanmoins, ce déblocage ne peut avoir lieu que dans de rares cas et pour les événements suivants : mariage ou pacs, naissance, divorce ou séparation, décès du conjoint, invalidité, surendettement, etc. À savoir que le salarié possède six mois après un de ces événements pour demander ce déblocage. 

En dehors de ces rares cas, il n’est pas possible de demander un déblocage des fonds. Selon les règlements, le salarié peut récupérer cette épargne par le biais d’une rente viagère ou sous forme de capital, si l’accord le permet. Néanmoins, ces sommes débloquées restent soumises à l’impôt sur le revenu et aux différents prélèvements sociaux.

 

Les derniers articles

RH - Gestion administrative du personnel

Offre d’emploi : quelles sont les règles à respecter ?

RH - Gestion administrative du personnel

Comment déployer votre logiciel SIRH ?

RH - Gestion administrative du personnel

Comparatif des outils de communication externe